Parole - Français - Résistants

Lettre d'un pauvre paysan à Mme Télévision

 

Non, ce n'est pas la naissance de Mme TV

 

 

 

 

 

 

LETTRE DE DOLÉANCES A MADAME, LA MAL IDOLÂTRÉE , TÉLÉVISION

 

Très offensante dame,

 

Je ne vous demande pas de décliner votre âge mais vu les infidélités répétées dont vos affiliés sont victimes, nous avons fait notre enquête, et tablerons sur la cinquantaine.

 

Or, à cet âge, vu les responsabilités qui pèsent sur vos épaules, il ne nous semble pas acceptable que vous puissiez à ce point être la proie du délire de la désinformation. Celui-ci nous porte tort. Ne nous dites surtout pas que vous vous droguez ou que poussée par une propension à la paranoïa vous ayez commis la gaffe du siècle ; vous protéger de l’hépatite B, en vous faisant vacciner. Vous ne seriez que l’unité des 1.000.000 de personnes ainsi handicapées. Nous comprendrions alors vos comportements.

 

A l’heure présente, à l’aide d’une publicité extrême, se moquant de l'entendement, ne poussez pas l’exigence des laboratoires à être plus royaliste que le Président. Pour l’amour du ciel ne vous faites pas vacciner contre la peste aviaire…..le vaccin est loin d’être au point; le serait-il un jour qu'il étonnerait tous les Dieux de l'Olympe et les découvreurs de la bioélectronique ! Le Dr Vercoutère vous en susurrera quelques mots à l’oreille : Vous pourriez même perdre poils et prendre plumes. Tel pourrait être le destin de l'être humain puni par le Dieu des Chrétiens et des Juifs pour avoir singé l'autruche au point de mettre la tête dans le sable afin d'éviter tout réflexion qui aurait permis de comprendre la toxicité d'un tel venin envoyé directement dans le sang.

 

Vous nous apparaissez à l’heure actuelle, logée à la même enseigne qu’un excellent vin de Bordeaux de naguère, hélas enveloppée aujourd’hui de vapeurs d’anhydride sulfureux. Lorsqu’on renifle ce nectar des dieux il nous est permis d’espérer l’envoûtement. Au goût tous nos espoirs sont déçus par ces vapeurs du diable qui neutralisent tous les arômes ! Pire, à la digestion, de grosses difficultés apparaissent. Le cours naturel des choses est neutralisé. Ainsi surviennent nombreuses éructations, brûlures d’estomac et divers désagréments que nous cacherons par pudeur.

 

Le résultat, en ce qui vous concerne, est pourtant flagrant : la merveille de notre civilisation -- malgré ses apparences et le crédit dont elle jouissait encore hier, entretenu par d'infâmes serviteurs -- s’est transformée en vulgaire concierge de bas étages échangeant ses billevesées contre de l'argent sonnant. Vivre de ce fait sans âme ni conscience, entretenant des principes de déculturation et de néo-colonialisme évidents n'est que le signe diabolique venu de quelques déséquilibrés apatrides.

 

Nous n’accusons pas vilainement votre personne. Nous ne portons pas un jugement sévère et circonstancié sans preuve. D’ailleurs nous allons vous livrer un échantillon de vos inquiétantes dérives. Afin de ne point vous forcer à fouiller dans votre passé récent, nous nous contenterons de survoler l’actualité. D'ailleurs peu importe, c'est toujours la même rangaine.

 

Nous avons tous constaté, que la majeure partie des présentateurs de vos programmes avait abandonné, comme s’ils en avaient honte, leur patronyme bien de chez-nous. De quel droit transforment-ils leur nom de famille ? Est-ce, dites-nous, bien légal, courageux ? Mais peut-être en est-il tout autrement et que vous éliminiez volontairement tous les Dubois, Ferrant, Dupont, Deschamps, Duchemin et Jacquemin. Nous serions très peinés qu’il en soit ainsi. Quel groupe favorisez-vous ? Les téléspectateurs se posent la question.

 

Ces nouveaux speakers aux noms bien étranges, s’emploient, ils sont sans doute très calotins, à s’étendre plus que de raison sur la santé du Pape et des membres de son cartel, certains pas plus catholiques que le premier nommé. Au point d’ailleurs que nous en perdons tout notre latin. Informer d’accord, mais chacun a en horreur de trop longs commentaires. Trop tue, peu assèche.

 

L’anniversaire d’évènements tragiques de guerres passées est une manière de ne pas oublier ; c’est vrai. Mais que penser du rabachage depuis des lustres qui nous est fait sur les meurtrissures faites à un peuple lorsque sont laissés volontairement dans l’ombre de nombreuses autres ethnies tout autant victimes. Civils vainqueurs et civils vaincus ont payé cher ces affrontements sanglants, hélas prémédités de longue date.

 

C’est bien ce nous rappellent quelques rares livres d’histoires objectifs et indépendants, vendus sous le manteau. C’est bien ce dont témoignent les êtres qui restent loyaux envers leurs souvenirs. Hélas, on nous remémore des souvenirs exagérés, inexacts, imaginés par un excès de chauvinisme voire même une propension à ce que ces comédiens jouent les innocents brutalisés, voués aux gémonies, parmi lesquels se cachent les véritables auteurs de la tragédie du siècle passé.

 

Lorsque vos intermédiaires nous rapportent des comptes-rendus de prétoires n’est-il pas curieux qu’une majorité de procès aient trait à des histoires de sexe et de débauche de mineurs, supplices et crimes en série, avec à la clef une tête de turc, coupable sans doute, mais dont le visage ne semble pas refléter l’intelligence perverse nécessaire à de telles machinations. Le bon sens nous incite à ne point trop croire à de telles sornettes. Un homme seul ne peut, sans de nombreux appuis et complicités, rester longtemps dans l'anonymat après avoir enlevé, violé, et massacrer autant de victimes.

 

Il nous apparaît utile de bien préciser que nous restons surpris que nos chercheurs français ne puissent être capables, par d’utiles découvertes, de faciliter notre vie ou de vaincre certains maux dont la société est victime. Il est vrai que cette dernière est bien la proie de ses propres travers et qu’il suffirait que l’on arrête de trop boire, de trop fumer et de se droguer pharmaceutiquement pour que les maux cessent. Nos fâcheuses habitudes du café au lait, du fromage à outrance ou de viande à tous les repas ne sont pas pour améliorer notre état.

 

Il n’est pas possible que la France ne soit pas en mesure de mettre en exergue  des chercheurs trouveurs et de les couronner. Si cela ne se sait pas c’est que la découverte est volontairement cachée et non qu’elle ne se produit pas. Voudriez-vous des dizaines d’exemples ? Avez-vous entendu parler des chercheurs maudits ?

 

Un point important est également à mettre à jour. Nous savons qu’en France les bandes armées, les commandos civils sont interdits. Nous apprenons cependant — par différentes sources bien loin de la TV — que ces troupes entraînées sont bien présentes sur le territoire et que pour certains procès, ils hantent les abords des prétoires n’hésitant pas à molester, blesser ceux qui prétendent ne pas s’en laisser compter en matière de religion, de politique ou de liberté de penser. Des drapeaux sortent d’ailleurs du carré de ces nouveaux blousons noirs ; des drapeaux qui n’ont rien du drapeau national. En faites-vous état à la TV ? Nenni !

 

D’ailleurs, madame Télévision, ne dit- on point — assurément nous sommes de mauvaises langues ! — qu’il faut cesser de s’en prendre aux journalistes ! Journalistes, il n'y en a plus depuis longtemps. C’est l’un de vos confrères américain qui l’affirme. Ils sont tous sur le trottoir et ne se contentent surtout pas d'aumône. Le plus vieux métier du monde accepte, aujourd'hui, les hommes. 

 

On privilégie la vétille à l'important, le secondaire à l’essentiel, on encourage la violence au détriment de l’humanisme et de la douceur des mœurs, on accepte volontiers le sordide, le vénal en cachant les penchants altruistes et généreux, on martèle les esprits du verbe négocier oubliant volontiers gratuité, partage et tâches équitablement réparties.

 

Vous faites, madame, de la TV un carrousel de dressage. Vous savez très bien qu’un être humain a les mêmes réflexes qu’un animal, paroles et réflexions en sus. Mais les effets sont identiques. Une fois inculqués, par vos litanies délirantes, les humains répliquent ces automatismes. Ils deviennent alors des êtres déshumanisés, vénaux, incapables de penser par eux-mêmes avec en point de mire, l’égoïsme aidant, le profit, le calcul, la perversité et en toile de fond la dégénérescence de 98% de la population.

 

C’est pourquoi, et là sera ma conclusion, permettez-moi de vous entretenir de ma future action face à votre forfaiture. Demain, et ceci devant huissier, je ferai apposer sur l’interrupteur de ma TV, nouvellement acquise, un cachet de cire qui ne sera descellé que lorsque vous respecterez le contrat par lequel vous êtes liée. Vous n’avez nullement à faire allégeance à quiconque, mais bien à respecter votre charte de journaliste élaborée en 1918 par le SNJ, révisée en 1939. Continuez à corrompre et vous vous passerez de mes deniers.

 

Qui apprécie, me suit. Vous mendierez à votre tour. La misère est grande dans notre pays et l'accentuation de cette pauvreté par colonisation interposée se poursuit inexorablement; vos ordonnateurs s’y emploient. Et vous, vous laissez faire. Ne comptez pas sur les chemises de ma grand-mère pour vous nipper dans un futur proche. La diablesse, elle qui a 94 ans ne connaissait même pas le cachet d'aspirine, elle les usait jusqu'à la trame ! Mais non pas les cachets, les chemises ! Lorsque la pauvreté aura gagné 95% des Français et que la redevance ne sera plus assurée ce n'est pas vos commanditaires qui pourront pallier à cette défaillance. Ils seront aussi désargentés que nous car nous ne pourrons plus acheter toutes les inutilités qu'ils auraient voulu vendre.

 

Quoi qu'il en soit les tentacules de la résistance prendront le dessus sur les milliers de serpents à sornettes qui n'en finissent pas de répandre l'incompréhension et la vulgarité. Madame Télévision vous n'auriez jamais dû apparaître à nos yeux comme la Vénus sortant de l'onde de Botticelli, mais bien comme l'adolescente capricieuse et envoûtante, arrachée de l'escarcelle d'un Prince de la sorcellerie. On espère un peintre réaliste vous affublant d'un nez disgracieux afin que les téléspectateurs puissent vous comparer à la marâtre de Blanche neige. 

 

A bon entendeur.

Diégo DER

 

 



30/12/2012
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 75 autres membres