Parole - Français - Résistants

Palais Bourbon, occupé ! Demeure princière puis ....

 

 

DEPUTES !

 

En ne reconnaissant pas notre souveraineté,

Vous ne faites pas mieux que nos plus mauvais rois.

Louis XIV, en personne, accordait audience aux plus humbles pourtant.

 

 

 

 

De cet ancien Palais aux racines ducales

Cédé par les Bourbons au marquis de Lassay,

Il devint un tombeau, l'Assemblée Nationale

Horrible paravent de textes et décrets.

---------------------------------------------

L'Hospital et Sully, d'Aguesseau à Colbert,

Ces commis de l'Etat, immobiles, impuissants.

En ce temple maudit aux multiples travers

L'innommable arbitraire revient en conquérant.

_____________________________________

Que demande le peuple aux instances suprêmes ?

Le droit de concourir à l'expression des lois.

Par cette création et ce juste barème

La conduite de tous et de fort bon aloi !

_______________________________________

Que n'aviez-vous promis dans votre propagande,

Tous ces Partis menteurs d'une folle espérance !

Elle ravissait l'âme sans qu'elle fût trop grande

Pour ne point aboutir à folle décadence.

_______________________________________

D'un pouvoir partagé, promesses non tenues !

Démocratie Directe oh, combien désirée !

Vos actes et discours ne sont point parvenus

A placer l'électeur à l'égal des élus.

-------------------------------------------------------

Malgré nos pétitions et maintes remontrances,

Satires et pamphlets se mêlant à l'action

Auraient dû vous pousser à l'humble repentance,

Provoquant de ce fait la juste rédemption.

___________________________________________

Aujourd'hui, députés, d'une infâme cuisine

Convaincus de dénis, mensonges et abus,

Regagnez vos pénates, lares et bassines

Concoctez-vous vos plats et vivez en reclus.

________________________________________

Le peuple est informé fort capable aujourd'hui

Et non point pour le pire, mais bien pour le meilleur

De créer par lui seul sans jamais un appui,

Les règles et canons utiles à Société.

__________________________________________

Les élus de demain qu'ils soient sots ou mutins

Ne peuvent en aucun cas s'opposer au destin.

Le peuple à tout loisir d'imposer le scrutin,

En toute circonstance, il reste SOUVERAIN !

_____________________________________

Ne voulant point souffrir d'injustices ou de craintes

Que les Référendums deviennent nos sauveurs !

Aux plumes citoyens la musique est empreinte

Des pleurs de nos anciens qui furent salvateurs.

Daudon Jacques



16/11/2012
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 75 autres membres