Parole - Français - Résistants

Eveil des consciences en Economie

 

 

 

 

 

Au service de notre survie

J. Daudon, citoyen ordinaire

Candidat aux législatives 2012 – Gap – 1ère Circonscription

 

Citoyens, bon sens et Economie de chaque jour

 

Chaque jour nous commerçons, achetons, vendons, échangeons sous une loi que personne ne peut nier et que beaucoup ignorent. Très simplement elle édicte que tout capital placé doit rapporter un profit maximum dans un minimum de temps.

Or, nous ne sommes pas en pénurie de produits fabriqués, cultivés, élevés et de tout service, non ? C'est une véritable profusion de ces derniers, grâce aux nombreux progrès de la science et des technologies, donc de la productivité. Economie d'abondance !

 

Sous l'emprise d'une concurrence féroce, non seulement les prix dégringolent, mais grâce à la robotisation, l'informatique dégringole le nombre d'ouvriers, de techniciens, agents de service tout autant que le nos indispensables exploitants agricoles.

Non seulement il est très difficile de tirer des profits de la production, mais en outre tous les actifs privés de travail vont ruiner ceux qui veulent vendre.

 

Donc un paradoxe flagrant : les produits abondent, ne peuvent s'écouler et les économies de chaque pays sont déstabilisées. Les moyens d'échanges se dirigent, sous la loi de marché, vers la spéculation, la rétribution pharaonique des grands Capitaines d'industrie et des Banques, des actionnaires, des spéculateurs. S'appauvrissent alors, considérablement, les classes moyennes et pauvres. L'argent circule seulement à l'avantage des industries d'armements, du gadget, avec un camouflage systématique des chômeurs dans des emplois de substitution souvent inutiles voire dangereux. Loin de résorber la crise, ces pseudo solutions créent de multiples causes secondaires (désordres sociaux, militaires, banditisme, drogues, dénis de justice, effondrement des valeurs, etc.).

 

Ceci est d'autant plus vrai que les américains ont déséquilibré le commerce international. Ils sont débiteurs dans les échanges entre nations et vivant bien au-dessus de leurs moyens ils provoquent des perturbations monstres dans le monde de la banque, créations de bulles financières, engendrant des pertes financières toujours payés par les citoyens.

 

Nous ne pouvons en conclure que ceci : Les règles d'échanges, donc d'économie doivent être profondément remises en question. Sans cela nous allons vers des conflits majeurs et d'autre part vers des déséquilibres naturels profonds puisque nos gouvernants ne parlent que de croissance pour éviter le chômage alors que la planète est à bout de souffle, incapable de juguler la pollution. Quand retrouverons-nous le respect et la fonction salutaire des économies locales et régionales ?

 

Angela, Nicolas, François, ont-ils un instant assimilé que ce n'est pas la monnaie qui puisse sauver un Etat, mais bien les richesses produites ou pas, afin que le peuple vive à la hauteur de sa production et de ses échanges ?

 

Citoyennes, citoyens, c'est à vous d'y réfléchir. Je ne suis que votre humble serviteur qui veut bien servir de berger provisoire pour entraîner notre nation vers des raisonnements sains et rigoureux et les réformes économiques, voire constitutionnelles[I].



[I] Imprimé par nos soins. Ne pas abandonner sur la voie publique. Si le texte vous plaît, photocopiez-le et faites-le passer. Merci.



26/02/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 75 autres membres