Parole - Français - Résistants

Afin d'éviter les crises. 100% monnaie d'Irving Fisher

 

Après Silvio Gesell et avant Maurice Allais,

Irving Fisher comprit que l'Economie n'était pas réservée aux seuls banquiers.

Produire étant le fait du citoyen héritier du progrès.

Le Banquier n'étant qu'un des courroies de transmission du bien être général.

 

 

 

 

 

http://www.fichier-pdf.fr/2011/10/24/100-money/100-money.pdf

Ce document  en français, traduit récemment, peut permettre à une majorité de citoyens de comprendre que l'Economie actuelle, basée sur le crédit dette dans les mains des banquiers, n'a plus sa raison d'être puisqu'il est à l'origine des crises autant en 1929 que de nos jours.

 

Si les premières pages peuvent ressembler à des Lapalissades, à partir de la page 9 jusqu' à la page 18, il nous semble que l'explication de la réforme soit suffisamment pédagogique pour la plupart.

 

Jusqu'à l'heure, l'Economie, fondée sur des demandes de crédit aux Banques, donc d'argent dette remboursable avait comme inconvénients majeurs le paiement d'intérêts, augmentant de ce fait les prix des produits, et qu'il ne peut y avoir échanges constants que dans la mesure où il y a demande de prêts. D'où un cycle continuel d'émission monétaire ex-nihilo dont les seuls bénéficaires seraient les Banques entraînant, entre autres la spéculation et la ruine des citoyens et de l'Etat.

 

Si pour des raisons diverses [méventes, surproduction momentanée, chômage, aléas climatiques ou autres incidents] il y a bien moins de demandes de prêts ou demandes de crédits. La quantité de monnaie en circulation diminue portant atteinte aux échanges et à l'essor des  productions. Dès le remboursement du capital par l'emprunteur, l'argent prêté disparaît de la circulation monétaire.

 

Durant ces périodes, les citoyens peuvent par manque de confiance, retirer des banques une partie de leur dépôts, en monnaie fiducière (billets). Pour 1 unité retirée par le déposant, la Banque est obligée de détruire 8 unités qui auraient servi au crédits futurs. Blocage partiel des transactions.

 

Il nous semble logique, pour éviter autant de mésaventures après lecture du document d'Irving Fisher d'aller jusqu'au bout des choses.

 

En ce XXI siècle, période d'abondance, il serait bien que l'émission monétaire [sans intérêt] soit rendue à l'Etat et que la valeur de cette émission contre-balance la valeur de la production nationale.

 

Lorsque la production diminue, les sommes monétaires en circulation diminue, et vice-versa. Les avantages sont clairs, pas d'inflation, plus de défavorisés, la production s'épuise puisque chacun reçoit en monnaie une fraction de la production. 

 

On reste en libéral dans le domaine de la production. Le Primaire, Secondaire et Tertiaire ne se plie qu'à des exigences de bon sens, la demande citoyenne, le respect des lois naturelles, la diminution des pollutions diverses, l'obtention de produits de qualité durable. On entre dans le partage pour que l'ensemble des productions s'écoule régulièrement. Tout citoyen recevant sa part, les services sont gratuits. Il ne devrait plus y avoir de crises étant donné que nous ne serons plus sur des bases de profit, que l'argent n'est qu'un moyen d'échanges, qu'enfin chacun devra s'employer à produire suivant ses facultés pour réaliser, fabriquer, élever ou cultiver le nécessaire à notre survie. Terminé les désordres, chienlit, invendus, fabrication de gadgets, petit métiers, destruction des produits de consommation, etc.

 

Ces quelques réflexions afin que chacun améliore nos pensées et puisse transmettre à des fins de compréhension.

 

L'Académie de défense des êtres humains.

 

 



21/01/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 75 autres membres